Témoignage : Peut-on être heureuse en couple et le maintenir lorsque nous ressentons un mal-être.

1)Bonjour les fp, désolé pour la longueur du texte.J’espère que mon témoignage permettra de moins me sentir seule. Je suis mariée depuis plus d’un an, c’est l’amour fou. Bien sûr il y’a des hauts et des bas. Les bas ne sont provoqués si je puis dire que par moi. Pourquoi? Je n’en ai aucune idée. Je ne travail pas depuis près de deux ans car je n’ai pas envi et surtout pas la force et le moral pour reprendre, ce qui cause des tensions dans notre couple. Je vie aussi très mal l’after-mariage c’est à dire la séparation avec mes parents. J’en pleure tout les jours. Pourtant je ne suis pas loins de chez mes eux, mais je suis passé d’une maison remplie à un petit appartement où je suis pratiquement  tout le temps seule. Je ne sors jamais car je n’ai pas d’amis, je reste chez moi à attendre que mon mari rentre, le week end c’est pareil. Je n’ai plus aucun goût pour les loisirs. J’ai l’impression de ne pas être comprise par mon mari, alors qu’avant il suffisait d’un regard pour savoir se que l’un et l’autre pensait. Le mal-être que j’ai au fond de moi joue et empiète sur notre couple, nous n’avons plus aucune intimité ou alors très peux car je n’ai pas envie. J’essaye mais je n’y arrive pas. J’aime mon mari d’une force inconditionnelle mais je ne sais pas, je n’arrive pas à faire face.

2) Bonjour, Tout d’abord merci beaucoup pour ce site et tes posts que je prends plaisir à lire ! C’est Halima d’oriental inspiration qui l’avait partagé et c’est comme ça que je l’ai découvert. Je te contacte suite à l’appel à témoignage puisque je me suis reconnue dans la description : effectivement en ce moment je ne vais pas bien psychiquement et physiquement et je suis en couple. Pour situer : je suis étudiante en CPGE (classes préparatoires aux grandes écoles), et ce sont des études très prenantes. J’ai beaucoup de mal avec la façon d’enseigner en prépa et en bref, je ne m’épanouis pas du tout dans ce que je fais, au point que je suis actuellement en dépression : insomnies, migraines qui durent 10 jours de suite tous les mois, je me sens vide et froide bref c’est pas la joie. Je suis en couple depuis 2 ans avec mon fiancé. Lui est également étudiant en CPGE, ce qui lui permet de mieux comprendre mes problèmes et ma situation, même si lui adore ça et le vit très bien.  Mon couple est principalement ce qui m’aide à tenir et quasiment la seule chose qui me fait encore ressentir du plaisir. En effet, mon copain est toujours là pour moi: la veille de la rentrée, j’étais déprimée à l’idée de recommencer une année, j’avais pleuré dans mon lit toute la soirée et quand je le lui ai dit, il est immédiatement venu chez moi pour me consoler (1h de trajet en transports en commun à minuit). Il m’a fait la surprise de venir me voir un autre jour où j’étais vraiment mal. Il m’appelle quand il remarque que ça va plus mal que d’habitude, il compatit mais sait aussi m’aider à avancer dans le sens qu’il m’aide aussi à relativiser ce dont je finis par me faire une montagne. Il ne s’apitoie pas inutilement avec moi, mais est simplement là pour me soutenir, me remonter le moral et m’empêcher de tomber encore plus bas en reconnaissant que ma vie est difficile etc… Ainsi, le voir est toujours un rayon de soleil et il m’aide vraiment à aller mieux. D’autant plus que nous avons des projets en commun, nous voulons nous marier quand nous aurons fini nos études, et ces projets m’aident aussi à voir plus loin que le présent difficile et donc à aller mieux. Autant dire que mon couple n’a pas à souffrir de mon état, cela me rend toujours heureuse de lui parler donc je ne néglige pas mon couple et suis également là pour lui quand il a besoin de moi. Mon couple est pour moi un repère, quelque chose de solide qui m’aide quand tout s’écroule, que mon moral chute, que mes crises de migraines réapparaissent etc… J’ai beaucoup de chance de pouvoir compter sur mon fiancé pour m’aider. Voilà, encore merci pour tout et bisous ! Je ne sais pas si tu le posteras mais bon, autant te l’envoyer puisque je me suis reconnue dans la description de ton post sur IG.

3) Bonjour, je suis actuellement dans cette situation et je suis mariée. J’ai un complexe avec mon corps, je ne l’aime pas et donc je n’aime pas me mettre nue devant mon époux, et il le sait très bien et je lui en parle et il m’aide à me sentir mieux, jusqu’à présent il m’a beaucoup aidé. Je pense qu’il faut savoir parler de ses mal êtres à son conjoint, des fois on ne s’en doute pas mais ils nous sont d’une grande aide. Car parfois nous avons une image de nous qui n’est pas la même image qu’il ont de nous( je sais pas si c’est compréhensible lol) mais ils ne nous voit pas comme nous nous voyons… il faut apprendre à s’aimer et s’accepter, la société nous pousse à vouloir être parfaite que ça soit dans nos formes, nos cheveux, nos ongles, notre façon de s’habiller, nos accessoires et j’en passe… restons nous-même et aimons nous, nous sommes toutes différentes et c’est ça qui fait notre charmes, ne tombons pas dans le panneau de la société ou des gens qui nous montre que du parfait sur les réseaux sociaux à nous en faire complexé d’être ce que nous sommes. Ayez confiance en vous et acceptez-vous que vous soyez petite grande fines rondes ou blanche, foncé vous êtes toutes belles et vous êtes toutes les mères de demain donc vous êtes l’exemple des générations futures, faites les bons choix et soyez des femmes comme nos mères et pas des femmes comme nous voyons dans les télés réalités. Bisous à toutes

4) Bonjour, Je t’envoie cet email au vue de ta dernière publication. Je pense pouvoir bien témoigner sur ce sujet. Je n’ai jamais eu de frères et j’ai perdu mon père a l’âge de 17 ans, j’ai directement chercher refuge, présence paternel, présence masculine, peu importe tant que je me sentais importante et que j’avais quelqu’un à qui parler. Les journées passées, les semaines passées et je n’ai jamais voulu rencontrer les hommes avec qui je parlais. Je ne me comprenais pas moi-même puisque je cherchais une épaule sur laquelle me reposer, et arriver à la fin du tunnel je rebrousser chemin. Pas un, pas deux, pas trois et je ne comprenais pas. Finalement j’ai lu beaucoup de livre sur la vie, la confiance en soi, l’amour pour soi-même et j’ai compris que je n’avais aucune confiance en moi, que je ne pouvais rien bâtir puisque finalement moi-même au fond de moi j’arrivais pas à m’accepter. Moi je n’ai même pas pu être en couple et avoir dès problème dans mon couple à cause d’un manque de confiance, je n’ai carrément pas pu rencontrer les hommes qui pouvait m’intéresser. Et autant vous dire que c’est un grand handicap, certain vous diront que ce n’est que de la timidité FAUX ! La timidité n’est pas un frein. J’ai compris que je devais me battre contre moi même, grandir intérieurement, me trouver, trouver ma personnalité, pas forcément suivre et faire comme les gens, faire en sorte de garder mon caractère pas flancher sous le premier arrivée ..

5) Bonjour les filles, C’est pour le témoignage est-ce possible de maintenir son couple et être heureuse en sachant que nous même nous ressentons un mal être personnel. En ce qui me concerne non j’avais un énorme manque de confiance en moi, sa à beaucoup jouer sur notre couple malgré que je l’aimer à la mort je n’étais pas heureuse. Au début je n’oser rien lui dire mais il ne comprenait pas mes saut d’humeur et mon comportement car j’étais devenue super négative et aigris avec aucun humour. Au final vu que sa faisais déjà un moment que jetait avec lui je lui en ai parler il me motiver à me reprendre en main car je voulais prendre du poids, il me rassurer à chaque fois mais on s’embrouiller souvent car la moindre chose qui faisais j’étais parano, il me disait que j’étais bien comme j’étais mais derrière sa-il rajouter des meufs et liker des filles rien à voir avec moi chose qui ne m’aider pas et comment avoir confiance en un Homme si tu n’à même pas confiance en toi. Récemment nous somme parti à Dubaï ensemble et je ne l’ai pas reconnu peut-être il avait lâcher prise je ne sais pas mais il n’était pas attentionné ni rien et il me rabaisser c’était pas du tout la même personne. deja en allant avec lui c’était un effort énorme de ma part car me mettre en maillot c’était assez compliquer , au jour d’aujourd’hui 3 ans de relations qui se sont terminé juste après notre séjour il n’a pas chercher à me retenir malgré que pour lui jetai la femme de sa vie etc mais la leçon que j’ai pris actuellement c’est tout d’abord de penser à soi avant de penser aux autres et tant que tu n’es pas encore en accord avec toi même ne te lance pas dans une relation . Jesper pouvoir me relever et montrer que je peux y arriver Avec la volonté de dieu 🙏🏼

6) Salam c’est pour le témoignage sur insta. Pour ma part j’étais pas très bien pendant un moment déjà (à cause de la fac, j’avais aucune confiance en moi, j’avais une baisse de foi que je n’arrivais pas à surmonté…). J’avais un peu une crise identitaire. Je ne savais plus ni qui j’étais, ni ce que je voulais. Ma vie était un doute lol . Puis j’ai rencontré cet homme. Il était parfait avec moi au début. Mais moi, notamment à cause de mon mal être j’étais insupportable. Je provoquais sans cesse pour qu’il me montre qu’il m’aime en me pardonnant par la suite. J’ai été jusqu’à faire des choses que jamais je n’aurais pensé faire (comme fumer une taffe devant ses potes et son frère). C’est la personne la plus fière que je connais et un soir j’ai réussi à le faire pleurer tellement j’étais aller loin. Ne sachant plus qui j’étais j’ai marché sur mes convictions, mes principes et mes valeurs ce que je regrette amèrement aujourd’hui. N’ayant 0 confiance en moi et n’ayant eu aucun repère avant lui depuis un bon moment déjà, j’étais dépendante sans en avoir conscience. Dès qu’il était occupé que ce soit au travail ou à l’anniversaire de son père ou autre je paniquais. Quand il ne répondait pas au téléphone je le harcelais limite… Puis il a commencé à accumuler bcp de problème dans sa vie personnelle et quand il me disait qu’il voulait rester seul un petit moment pour réfléchir et qu’il me rappellera quand il sera calmé encore une fois c’était la panique dans ma tête. J’insistais donc très lourdement pour qu’il me raconte de suite, puis si il refusais parce que c’était pas le moment pour lui je me mettais à pleurer en disant « mais on est une équipe…bla bla bla » Quand il s’est éloigné de moi c’était la fin du monde lol. J’avais aucun recul sur mon comportement et quand j’ai réalisé, j’ai regretté mais c’était trop tard. A ce point-là je ne me reconnaissais plus. J’ai mêlé sa famille à ça, sa sœur a vu mes bras mutiler, je le harcelais vraiment au début, j’ai fait des choses dont j’ai honte et j’ai franchis toutes les limites que je m’étais fixé. Tout mon comportement était totalement incompatible avec ma vision de la vie. Le fait que je me détestais déjà avant de le connaitre +le fait de le perdre + mon comportement honteux avec lui ==> dépression au point de vouloir me suicider. Cette période de ma vie était très dure pour moi. Je savais encore moins qui j’étais et j’étais totalement perdue. Avec du recul j’ai compris que le problème venait de moi, Ca m’a pris un an mais je commence à faire le deuil de cette histoire et à me dire que c’était pas plus mal qu’elle se termine parce que ça m’a permis de faire le point, de comprendre d’où venait mon comportement et mon mal être, d’essayer de régler ça (la religion m’a beaucoup aider et j’ai réussi à m’y remettre car elle m’a beaucoup aider à surmonter tout ça), j’ai pris des décision radicale et j’avance petit à petit. Je me retrouve et je me développe personnellement.

7) Hello bonjour .. J’ai vu ton post y a quelques jours déjà mais je ne me suis pas pris le temps d’y répondre… sans doute par peur du jugement je ne sais pas trop. Alors voilà, je me lance et j’espère sincèrement ne pas avoir de remarques difficiles car c’est vraiment pas évident à porter. Je me doute que je ne suis pas la seule à etre dans ce cas mais j’ai énormément de mal à passer par dessus. Alors voilà, j’ai 22 ans, je suis avec mon homme depuis 2 ans maintenant, il y a des hauts, des bas… la semaine dernière encore je répondais à un de tes posts en parlant de la complexité de notre relation ces derniers jours… mais bref la n’est pas le probleme. Lorsque j’avais 17 ans, j’étais avec quelqu’un depuis quelques temps déjà, on s’entendait très très bien, on savait ce qu’on voulait, on arrivait à concilier vie de  » chérie et chéri « , et puis gérer les cours à côté. Tout se passait bien. Et puis, un jour ça a été le drame. J’ai appris que j’étais enceinte. À 17 ans. Un déni de grossesse bien trop important à mes yeux. J’en parle à des amies que je considérais comme très proches et puis pour une raison complètement idiote elles se mettent à me tourner le dos et à tout raconter au lycée. Je vous passe les détails, les heures de cours dans l’angoisse, les regards de TOUT le monde sans exceptions, les remarques désobligeantes, blessantes. J’étais au plus bas. J’ai voulu en finir. Parce qu’en plus de la douleur de l’avortement… oui oui vous avez bien lu. Un bebe à 17 ans c’était inconcevable, je n’aurai pas pu lui offrir la vie qu’il méritait. (Voila la ou les jugements vont surement commencer … ) et donc, en plus de la douleur physique et surtout psychologique de l’avortement, j’ai dû supporter la douleur de la honte de tous les jours. Voila ou tout à commencer. Et puis je me suis mise avec mon chéri il y a 2 ans. Et j’ai régulièrement des périodes douteuses ou je repense à ma vie à 17 ans. Et puis j’ai sans arrêt peur de retomber enceinte, j’ai peur de souffrir à nouveau. Je me suis tellement renfermée c’est horrible… je n’ose rien dire par peur de représailles. J’ai du mal avec les câlins, car je pense beaucoup trop loin, enfin je pense que vous comprenez ou je veux en venir. Cette histoire à totalement bouleversé ma vie, j’ai eu envie de partir d’ici juste pour ne plus avoir à croiser les personnes qui m’ont brisées à tout jamais, je n’arrive pas à me reconstruire là dessus, et ça influe trop, beaucoup trop sur mon couple. Je n’arrive pas à en parler, je n’arrive pas à oublier, à penser à autre chose. Je n’arrive pas à me dire que ça ne m’arrivera plus. J’ai sans arrêt peur… je vis dans la peur en fait. Voila pour mon mal être qui ne disparaîtra sans doute jamais…Merci d’avance de m’avoir lue. Bonne journée et à très vite !

8) Bonjour, Je voudrais témoigner mais en anonyme. Je ne sais pas si Ca répond vraiment au thème mais voilà mon témoignage… Je voulais d’abord commencer par te remercier de ton engagement dans la création du site et de la page Instagram les femmes parfaites, je ne commente quasiment jamais mais je suis une très grande fan !Alors moi voilà encore aujourd’hui j’ai toujours des séquelles importantes de mon adolescence. J’ai subi à partir de ma quatrième ce qu’on peux qualifier de harcèlement sexuel par mes  » camarades de classe ». Moi qui avait l’habitude de m’habiller « comme tout le monde » j’ai du changer mes habitudes et vouloir me cacher et cacher mon corps… Les actions, leurs mots je ne vais pas en parler car ce n’est pas le plus important mais disons que ce n’était pas la joie. Donc grâce à mes camarades de classe et leurs actions de plus en plus déplacées j’ai réussi à me construire une barrière autour de moi. Je me suis enfermée dans une petite forteresse et je ne me suis jamais ouverte à qui que soit. Mais grâce à Dieu j’ai rencontré mon copain actuel. Quand on a commencé notre relation je n’étais prête à laisser quelqu’un entrer dans ma vie et j’ai eu énormément de mal à le laisser devenir quelqu’un dans ma vie. Je pense que le plus important c’est de ne pas se presser moi j’ai mis  plus que de simples semaines à m’ouvrir à lui et il a eu la patience de le faire. On en a beaucoup parlé et c’est Ca le plus important je pense. Aujourd’hui encore j’ai des soucis avec Ca il y a des moments où j’ai envie de me cacher de disparaître et que plus personne ne pose les yeux sur moi pour ne pas ressentir ce dégoût de soi. Mais heureusement mon homme me rassure et me donne toujours la force de continuer à me faire belle si j’en ai envie. Je considère avoir le droit de m’habiller comme je le souhaite. Je suis assez pudique donc je ne vais pas jusqu’à mettre des mini jupes mais disons que si je veux mettre une robe j’en mettrais une ! Les conseils que je pourrais donner sont de s’aimer soi même et surtout d’accepter et de prendre sur soi pour appliquer les conseils de son homme. Mes vieux Demons sont toujours en moi et il m’arrive de faire encore des crises de panique et de paranoïa à cause de certains agissements mais je pense que c’est en parlant à l’homme qui partage notre vie que cela peut s’arranger. Il faut l’accepter et que cela devienne un problème de couple à gérer et non pas uniquement notre problème personnel. Pour la partie Happy end, je suis avec mon homme depuis presque 3 ans et malgré des hauts et des bas je sais que c’est l’homme de ma vie car Dieu l’a mit sur mon chemin. Voila j’espère que cela aura pu aider d’autres femmes ! En tout cas je suis ravie de lire tous les posts sur ton compte INSTA et ton site ! Pleins de bisous, que Dieu vous garde.

(Les témoignages ne sont pas corrigés)

Vous pouvez cependant partager, aimer, et commenter…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s